Droit immobilier : le bail à usage professionnel

Régi par les dispositions du code civil mais également par la loi du 6 juillet 1989, le bail à usage professionnel fait partie des contrats de bail à l'image du bail à usage d'habitation ou du bail commercial. Plus souple et moins codifié que ces derniers, il s'applique à la location d'un bien immobilier utilisé pour l'exercice d'une activité autre qu'agricole, industrielle ou commerciale. Un tel contrat a été spécialement conçu pour les professions libérales. La lecture de cet article permettra d'en savoir davantage sur le bail à usage professionnel.

Quelles sont les caractéristiques du bail à usage professionnel ?

Le contrat de bail à usage est conclu pour une durée minimum de 6 mois. Malgré le fait qu'il ne soit pas soumis à une forme particulière, l'écrit est exigé pour ce type de contrat. Selon les dispositions relatives à ce type de contrat, sa reconduction se fait de manière tacite pour la même durée au terme fixé par les parties, à savoir le bailleur et le locataire.

Contrairement au bail commercial, le renouvellement du bail à usage professionnel n'est pas automatique. Cela dit, le propriétaire bailleur qui n'entend pas renouveler à son expiration le contrat doit aviser le locataire. Dans ce cas, un préavis de 6 mois doit être accordé au locataire. De plus, cette décision de non-renouvellement est sans contrepartie financière en plus du fait que le propriétaire n'ait pas à se justifier de manière spécifique. Pour ce qui est du locataire, il ne court aucune sanction en quittant à tout moment les locaux loués. Toutefois, il devra notifier sa décision par lettre recommandée à son bailleur soit par acte d'huissier ou avec avis de réception. Dans une telle hypothèse, le locataire qui souhaite quitter les locaux doit respecter également un préavis de 6 mois.

Par ailleurs, il est bon de souligner que pour avoir la qualification de contrat de bail à usage professionnel, le local concerné doit être strictement réservé à un usage professionnel. Ainsi, il prend l'appellation de bail mixte quand le locataire utilise aussi les locaux comme habitation.

Quelles sont les professions pouvant passer un contrat de bail à usage professionnel ?

Aux sens des dispositions du code civil relatives au contrat de bail à usage professionnel, ce type de contrat peut être exclusivement conclu par les professions libérales qu'elles soient réglementées ou pas. Il s'agit notamment des médecins, des experts-comptables, des avocats, des consultants, des apporteurs d'affaires, des conseils en gestion ou des agents d'affaires. D'ailleurs, tous ces professionnels ont la possibilité de procéder à une cession ou à une sous-location de leur bail lorsqu'une clause du contrat n'interdit pas une telle faculté. Toutefois, tout locateur qui décide de sous-louer ou céder son bail doit le notifier à son bailleur.

Qu'en est-il du montant du loyer dans le cadre d'un bail à usage professionnel ?

Même s'ils ne sont pas réglementés, les modalités de paiement et le montant du loyer doivent figurer obligatoirement dans le contrat de bail à usage professionnel. Les parties, à savoir le locataire et le bailleur sont libres de négocier les termes du contrat en la matière. De plus, il est possible de procéder à une révision du montant du loyer chaque année sur la base d'une clause d'indexation spécifiquement prévue au bail.

Aucune question juridique

Un problème juridique ?

En appuyant sur le bouton Envoyer, j'autorise la publication de mon commentaire sur le site.
Je souhaite que mon identité reste confidentielle et ne soit pas divulguée sur le site.

  • A propos

    Ligne-juridique.fr est un site dédié au conseil juridique en ligne. Il permet d'apporter des réponses claires et pertinentes aux différentes questions d'ordre juridique que l'on peut se poser. Tous les articles sont gratuits et rédigées dans un langage simple et accessible à tous.

  • Derniers dossiers